A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

lundi 6 juin 2011

JE PERSISTE ET SIGNE !

Je n’aime pas donner l’impression de vouloir dédouaner le "makhzen" face à ses débordements méprisables, ni de donner à penser que je suis pour un camp au détriment d’un autre ! Cependant,  je persiste et signe : je suis pour l’évolution démocratique du Pays dans la sérénité ; et je dénonce  la manipulation, « la provoc » et le recours au chaos !










  •   Personne ne peut contester aujourd’hui les retombées bénéfiques du Mouvement du 20 Février sur le moral des Marocains: comme si miraculeusement, ils venaient d’être déclarés « guéris » tous ensemble, d’une longue maladie (après les affres douloureuses qu’ils auraient subies en silence, depuis si longtemps)…
  •  Personne ne peut nier la maturité et le civisme qui se sont emparés du Mouvement dès les premières heures de sa naissance, ni le respect et le crédit qu’il a suscités dans l’opinion, à ses débuts…
















·    Personne ne met en doute l’authenticité et la pertinence des initiateurs du Mouvement, ni la teneur ferme (malgré sa modération) et digne de leurs revendications qui ont immédiatement enflammé une jeunesse en perte d’espoir et de confiance en un "système" qui les a trop longtemps ignorés…


·    Personne ne croit un seul instant que ce Mouvement était « manipulé » dès l’origine. Mais force est de constater aujourd’hui qu’il s’est fait « piéger » (infiltré ?) par des « dogmatiques » extrémistes en mal de reconnaissance, au moment où le débat démocratique touchait à sa fin. (Et les Islamistes ne sont que la partie visible de l’iceberg) …











Ø  Et pourtant : Comment peut- on imaginer qu’un Mouvement né dans un esprit « bon enfant », avec sa fraîcheur, sa spontanéité et son enthousiasme, adoptant dès le début une posture civique et pacifique, se soit transformé au fil des marches en une opposition radicale et vindicative, n’hésitant pas à utiliser les méthodes déjà éprouvées (par les « râleurs de tout bord », et «les rien-à-perdre »): à savoir l’amalgame et la provocation !
Ø  Comment peut-on lancer  un tel débat public, qui se veut démocratique, dans le pays tout entier, sans être préparé moralement (esprit serein, sujets d'actualité, argumentaire pertinent), pour susciter l’écoute et la sympathie du pouvoir? (lequel a d'ailleurs répondu presque simultanément --mais partiellement-- à certaines revendications, considérées par lui comme légitimes).

Et retournement malheureux de la situation, voilà que le Mouvement initiateur de dialogue social, tombe, par ses excès, dans le piège de la contestation permanente, avec des slogans « touche-à-tout » qui n’ont rien à voir avec la démocratie et la justice sociale, thèmes récurrents, innocents et fédérateurs véhiculés à ses débuts).

Ø  Comment en est-on arrivé là ? Avec comme conséquences les bastonnades, les arrestations et « mort d’homme » ?












Evidemment, nous sommes tous d’accord sur le fait que nous traînons derrière nous un « boulet très lourd » à nos pieds qui est : le Makhzen ! Un système de gouvernance insipide qui s’est incrusté dans les rouages de l’Etat depuis des lustres, mais qui s’est renforcé sous la férule du défunt Roi Hassan II (qui lui a donné ses lettres de noblesse !) pour écarter toute velléité d’opposition à son règne (de Monarchie absolue !) et maintenir « ses sujets » dans la dépendance et la soumission à jamais !
Seulement voilà : le règne de feu HassanII est derrière nous et bel et bien terminé !
Et je reste totalement convaincu que l’ère de Mohammed VI n’a rien à voir avec ce passé sombre et pesant par ses excès.
·    Bien sûr, certaines habitudes ont la vie dure !
·    Bien sûr, un nouveau visage du Makhzen s’est  installé en lieu et  place de l’autre : plus jeune, plus souriant, moins visible mais plus perfide !
·    Bien sûr, la « Cour rapprochée du Roi » existe toujours : elle aussi plus jeune, plus souriante, mais dont les appétits du pouvoir (politique et économique) sont évidents mais en demi-teinte (pour ne pas porter de l’ombre au règne populaire du jeune Souverain) dans un Maroc où le Gouvernement officiel fait figure de « pions » sur un damier, manipulables et déplaçables selon le bon plaisir du « Prince » ou de ses affidés !
·    Bien sûr, les stigmates de pauvreté se creusent  lamentablement et donnent le sentiment d’un Maroc qui évolue à 2 vitesses ! Ou à reculons!









Mais regardez autour de vous et soyez francs : à quelques exceptions près, (les Pays Nordiques et le Royaume-Uni) citez-moi un pays (ou deux) où ces mêmes caractéristiques de dérapages du pouvoir n’existent pas ! Pour ne prendre que l’exemple de la France (plus proche de nous), à quoi ressemble le pouvoir de Sarkozy aujourd’hui ? Et la situation économique d’une grande majorité de Français en province ?
Non, non, non ! Ne vous méprenez pas sur ce que je dis : la République Française et le Royaume du Maroc n’ont rien en commun, et un abîme énorme les sépare sur plusieurs registres! C’est juste un exemple sur « l’imperfection » du monde, malgré toute notre bonne volonté à y remédier!
Tout ceci pour dire que l’avènement du règne de Mohammed VI a transformé lentement et graduellement mais sûrement le visage du Maroc. Et voici les domaines où ces transformations sont visibles et incontestables :
Ø  Les droits de la Femme sont réaffirmés, améliorés et protégés par la loi.

Ø  Des budgets colossaux sont consacrés à la lutte contre la pauvreté en milieu rural, et l’habitat insalubre (leur éradication prendra du temps et coûtera encore plus cher à l’Etat) : ce sont les fameuses Initiatives Nationales pour le Développement Humain. Et voici que le Pouvoir vient d’annoncer une rallonge de 17 MDS de DH à ce même Projet d’œuvres humanitaires et de dignité publique ! (Jamais sous Hassan II de pareils fonds n’ont été débloqués pour soutenir les mêmes œuvres, touchant les mêmes populations).

Ø  De gros travaux d’infrastructures sont engagés pour améliorer la communication, l’échange et le commerce avec le monde extérieur (autoroutes, ports et aéroports).Créant par la même occasion des milliers d’emplois pour endiguer le chômage chronique qui affecte le Pays.







       




Ø  Les infrastructures touristiques se multiplient (et concernent toutes les régions du Maroc) à la cadence des arrivages de touristes (de plus en plus importants ces dernières années), malheureusement freinés par les récents événements de Marrakech. (Et que l’on ne vienne pas me « contredire » avec les « dommages collatéraux » qui accompagnent cet engouement touristique pour "l’exotisme à la marocaine" ! J’admets qu’il peut avoir parfois des côtés pervers !).










Ø  La multiplication des ONG dont l’objectif principal est la défense du Droit (les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant) et l’incitation à l’éveil d’une conscience collective à même de permettre aux citoyens de se prendre en mains en toute connaissance de leurs droits (et sans compter sur « l’état providence »).






 





Ø   Une politique culturelle plus dynamique et plus proche du citoyen (éclosions de festivals dans toutes les villes du Royaume, avec une préférence particulière accordée à la musique (dans toutes ses expressions...Dommage que le théâtre ne bénéficie pas du même support!).






    

      
     

Ø  Enfin, last but not least, la presse jouit d’une certaine liberté, en tout cas beaucoup mieux que sous feu Hassan II. (Ne faites pas de grimaces moqueuses : je suis au courant des bavures inqualifiables dont ont été – et le sont encore — certains journalistes). Le Maroc est–il le seul dans ce cas ?

Que faut-il ajouter à ce tableau (qui n’est pas exhaustif, parce qu’il ne concerne que des signes visibles), pour que ce portrait du Maroc Nouveau soit complet et prépare à une véritable transition vers une Démocratie apaisée ?
·    Qu’une Nouvelle Constitution soit plébiscitée par le peuple!!!

·    Qu’une refonte systématique de la représentation partisane au Maroc soit engagée dans les plus brefs délais (des congrès d’exception doivent s’organiser dans toutes les formations politiques pour désigner de nouveaux leaders, de préférence jeunes et de niveau universitaire et épris de démocratie). Et ceci avant la consultation par référendum sur la Nouvelle Constitution.

·    Que la nouvelle loi électorale (issue de la nouvelle constitution en préparation) doit faire l’objet d’une large diffusion et communication (dirigées vers les citoyens) pour leur permettre d’aborder les élections dans un climat sain et transparent.

Et pour s’assurer que l’assimilation par les citoyens de toutes les réformes engagées (à la suite de l’adoption de la Nouvelle Constitution) est réelle, les élections législatives ne doivent avoir lieu que vers le début de l’année 2012 (au lieu de juillet/août comme présumé).C’est plus prudent compte-tenu des lourds préparatifs nécessaires avant les consultations.

Et que peut-on attendre finalement de de toutes ces Réformes ?

Qu’enfin, une Monarchie agréée par le peuple en toute indépendance, installée dans sa version améliorée de Monarchie Constitutionnelle et Démocratique (qui règne mais qui ne gouverne pas!). 
Que le Roi continue de jouir de son titre de « Amir El Mouminine » (mais à titre religieux exclusivement), sans aucune intrusion dans la vie politique du Pays qui lui, est dirigé par un Gouvernement laïc, issu des urnes.

Ø  que ce nouveau « rôle » de la Monarchie Marocaine, qui aura la charge de représenter l’Unité Nationale, de sauvegarder les fondamentaux religieux et constitutionnels du Pays, de défendre la pérennité de ses institutions politiques par son rôle d’arbitre suprême en cas de crise majeure (crise politique interne ou conflits armés), cumulera la fonction de Chef Suprême des Forces Armées Royales, qu’elle exercera en coordination avec le Premier Ministre, seul habilité à « déclarer la guerre » (en cas de conflit avec un pays ennemi), ou proclamer l’Etat d’Urgence.

Naturellement on n’en est pas encore là, et il nous faudra du temps pour parfaire ce que nous avons tout juste commencé à entamer à petites doses... Je suis adepte en ce moment  de la morale de cette fable de La Fontaine « Le lièvre et la tortue »…que le dicton Italien résume parfaitement «Chi va piano va sano » : (qui va lentement, va sûrement). 






        


En fin de compte, les Propositions des citoyens (de toutes tendances) sont maintenant entre les mains du Roi.
Attendons de voir de quelles interprétations elles vont bénéficier en Haut Lieu, et quelles suites le Pouvoir a daigné leur accorder, pour moduler notre réaction en fonction des résultats (probants ou non) obtenus.
A ce stade de la réflexion, le Souverain devrait prendre les mesures urgentes suivantes pour rehausser son image dans l’opinion :
1.   Donner congé à cette « Cour vénale » qui l’entoure, plus préoccupée à « pomper » les richesses du Pays, et à propager la corruption partout où « elle » met la main !

2.   Se désengager progressivement de certains mégapoles économico-financiers, laborieusement montés par son secrétaire particulier Mounir Majidi (pour s’attirer Ses Grâces !) pour se dédouaner moralement auprès de l’opinion publique, encore sous le choc, après la honteuse découverte des fortunes spoliées et cachées par les Présidents déchus Ben Ali et Moubarak (en flagrant contraste avec le dénuement total de leurs citoyens respectifs!).

3.   Mettre tout son poids dans la mise en œuvre réelle et effective d’une véritable Réforme  Judiciaire Totale. En demandant au besoin l’assistance de l’Union Européenne (et l'expertise de leurs magistrats).

4.   Redonner aux médias la liberté d’expression (sans exclusive ni sujets tabous) dont ils avaient bénéficié au début de son règne ; rétablir la confiance parmi la presse écrite (malmenée ces derniers temps par les services de sécurité et l’appareil judiciaire), et accorder de temps en temps quelques interviews à la presse nationale, pour créer un climat de respect et de proximité mutuels, susceptible de résorber certaines dérives de « curiosité » malsaine (autour de sa personne).

5.   Enfin, envisager quelques retouches substantielles dans le Code Protocolaire en cours, et notamment la suppression définitive du « baisemain » et le remplacement de la prosternation face au Roi par l’inclinaison de la tête (on ne se prosterne que devant Dieu!). Cela semble modeste comme changements, mais l’image digne que cela renvoie est incontestable!
  
Mais que valent toutes ces mesures prises par le Souverain à l’intérieur, si à l’extérieur du Pays, Son Image est à ce point écorné, et pas par n’importe qui !
Ecoutons ce que nous dit Larry Diamond, professeur à l’Université de Stanford :

« Le Roi du Maroc, Mohammed VI est toujours vénéré dans son pays et considéré comme un réformateur à l’étranger, mais il est encore plus faible et plus incompétent que Abdullah (Roi de Jordanie). Il n’a montré aucune volonté pour maitriser les intérêts vénaux qui entourent la Monarchie, ou de réduire l’extraordinaire concentration des richesses dans son pays. Au lieu de cela, son appareil sécuritaire, son cercle restreint d’amis, et les mieux oligopolistiques des affaires qui lui sont proches, bloquent les demandes de réformes, isolant plus le Roi, et aggravant la tempête qui se prépare sous une surface de calme apparent ».
(Article paru dans la prestigieuse revue « Foreign Affairs », et dont ce succinct extrait est traduit ar Lakome.)







C’est une analyse on ne peut plus claire (teintée d’une critique sévère), faite par un  Américain sur un Roi sensé être le plus proche Ami des Etats-Unis…
N’est-il pas temps pour le Monarque maintenant de prendre un peu de recule par rapport à tout ces événements qui turlupinent le Monde, de se donner un moment de réflexion et venir vers le peuple pour lui annoncer sa résolution à  modifier un tant soit peu Son Rapport au Pouvoir, à la Politique, à l'argent et à l’Amitié (existe-t-elle vraiment dans les arcanes du pouvoir ?). Après tout, c’est Lui qui tient toutes les cartes en mains.
Ce ne sont plus les citoyens marocains qui le jugent mais ce sont ses Amis à l’étranger qui le critiquent ! C’est l’heure de faire un bilan et de changer de cap! Nous serons tous là pour le soutenir de tout cœur ! A condition qu’Il se monte Digne de notre Dévouement !  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire