A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

dimanche 26 juin 2011

LE MAROC EN TRANSHUMANCE

Ni la Monarchie, ni le Makhzen, ni les Initiateurs du Mouvement du 20 Février, ni encore moins leurs détracteurs avérés ne pouvaient soupçonner un seul instant que la clameur — qui était en gestation comme un fruit arrivé à maturité — qui a surgi spontanément, avec un tel retentissement, une telle vigueur, une telle harmonie dans la démarche et un tel audace… allait se muer au fil des semaines en un débat fécond, qui fait entrer le Maroc d’emblée dans une ère de liberté (de ton et d’opinions) peu coutumière au cours de sa longue histoire, et qui ressemble à s’y méprendre à ce qu’on appelle — avec un zeste d’emphase — la Démocratie !
Enfin, secouons-nous ! Nous ne rêvons pas ?! C’est bien au Maroc où un tel débat se produit ? Qui pourrait le prévoir il y a encore quelques mois ? Nous sommes en juin 2011, à quelques encablures à peine de la révolution du Jasmin!...
Il a suffit qu’un "coup d’étincelle" jaillisse d’une jeunesse conquérante par la « fraîcheur » de ses revendications (qui, comme par enchantement, ont « emballé » la majorité de la population) pour qu’enfin un Maroc nouveau émerge de sa décrépitude, pour devenir adulte, et assumer sans complexe, les différentes opinions qui s'expriment en son sein, avec un éventail de prises de positions qui donnent à penser que nous y sommes : les ingrédients d'une démocratie "participative" est à notre porte! ...J'exagère peut-être, mais quand on suit sur les réseaux sociaux ou à travers les médias (radio ou TV) l'éclosion des débats d'opinions "touche à tout" sans sujet "tabou", l'on se rend bien compte que nous entrons pas à pas dans une nouvelle ère! 

Combien de Jeunes Marocains (hommes et femmes) se sont découverts une nouvelle vocation de « débatteurs », de « propagateurs » d’idées, d’opinions, et se sont complus dans leurs nouveaux rôles avec assurance et panache, donnant à voir à des citoyens ahuris, une nouvelle génération de communicants, susceptibles de prendre demain les commandes de formations politiques « New Wave » et supplanter les partis « dinosaures » qui ont plombé le Maroc jusqu’ici, par leur jeu complice avec le Makhzen !

C'est ce qu'on appelle la génération "Internet"... née à travers la blogosphère ...A-t-elle assez d'ambition et de "souffle" pour nous "mener" loin...très loin!
Que ce soit à travers des articles de presse, de posts sur le web ou via les réseaux sociaux, une élite de « nouveaux adeptes de la Démocratie », incontestablement destinée à un avenir prometteur, pour peu qu’elle accepte de prendre ses responsabilités en s'impliquant résolument dans la vie politique... Une "génération spontanée" d'acteurs politiques en herbes, est en train d'éclore à petites doses, et pourrait insuffler dans le climat politique délétère (de ce Maroc qui nous tient tellement à cœur) une nouvelle vision plus hardie dans la gestion de la « chose publique »: par le renouvellement de la classe politique dirigeante actuelle (qui demeure une nécessité absolue pour entamer une nouvelle ère de gouvernance digne d'un Maroc en devenir...)  et par une refonte radicale de nos programmes télévisuels qui prendrait en compte les besoins de débats et d'informations fiables et toniques, capables de créer l'Evénement dans un Maroc "assommé" par tant de discours lénifiants, mettant en exergue le culte de la personnalité et l'abrutissement de la population...au lieu de veiller à l'éduquer et à l'élever au niveau de citoyens lucides et conscients de leurs responsabilités dans une société avide de changements...     
Car, ne nous méprenons pas : le projet de «Nouvelle constitution» sera voté massivement. Et quelles que soient nos opinions quant à sa conformité avec l’air du temps (une démocratie parlementaire), elle n’est pas une fin en soi : grâce à cette nouvelle élite politique en gestation, cette constitution accédera progressivement à des standards honorables, parallèlement à l’élévation des conditions de vie (socioculturelles et économiques) des citoyens.

Naturellement, cela implique l'engagement ferme et sans concession de cette "nouvelle race de penseurs réformateurs" nés sur les réseaux sociaux, et ayant initié un "langage patriote" digne de respect.
Mais en attendant, en tant que démocrates, acceptons la loi de la majorité, et attachons-nous (dès sa promulgation) à faire vivre au quotidien l’esprit novateur (au niveau des droits et libertés des citoyens) et d’ouverture (au niveau des séparations des pouvoirs) que propose cette Nouvelle Constitution. En stimulant, qui par ses interventions médiatiques, qui par ses proximités avec les ONG, la prise de conscience par les citoyens de l’inviolabilité de leurs droits et de leur liberté, et leur habilitation à les défendre coûte que coûte, nous aurons contribué tous à rendre opérationnelle et "vivante" cette Constitution (malgré son son petit "air d'inachevée")...dans ses principes d'ouverture et de modernité.
Soyons logiques : le problème majeur qui taraude l’esprit de la majorité de nos concitoyens n’est pas le contenu (crédible ou non) de la constitution, qui reste à leurs yeux un sujet de débat pour  intellectuels ! Leur souci, c’est comment améliorer leur « minimum vital » : avoir un emploi, disposer d'un logement décent et bénéficier de soins médicaux (pris en charge pour les plus démunis). Si, chemin faisant, leurs enfants peuvent recevoir un enseignement qui privilégie le "savoir" au "faire-semblant", et si en plus leurs dossiers judiciaires sont traités équitablement dans les tribunaux, ce sera le comble de leur bonheur, et la preuve indiscutable que la Nouvelle Constitution a introduit des « rayons de soleil » dans leur vie.
Et rendons-nous à cette évidence : sans le retentissement de « ces marches du Mouvement du 20 Février», nous n’aurions pas connu de débats ouverts, de liberté d’expression dans les médias (avec une attitude conciliante du Pouvoir), ni l’élaboration d’une Nouvelle Constitution et des Droits nouveaux en faveur du citoyen (protégés par la loi).
Avouons-le : même si le OUI l’emporte massivement (comme cela est prévu, mais avec quand-même au moins du 20% de NON ou abstentions, ce qui serait une Première au Maroc !), n’est-ce pas un motif de soulagement d’avoir gagné :
Ø  Une Nouvelle Constitution (ayant vocation à amélioration).
Ø  Une Nouvelle Jeunesse (plus concernée par le devenir du pays).
Ø  Une Nouvelle Élite (politique et intellectuelle issue de cette jeunesse).
Ø  Un Gouvernement que l'on souhaite plus responsable, parce que fruit d'élections libres   
Ø  Un Nouvel état d’esprit qui circule librement à travers tout le Maroc.
Ø  Une Nouvelle Conscience Politique qui sera au pied d’œuvre pour « faire vivre » les nouvelles lois organiques qui forment la trame de la Nouvelle Constitution (un vœux qui dépend de notre vigilance à tous).  
Ø  Un Pouvoir plus circonspect qu’il ne l’a jamais été jusqu’ici.

Ce Maroc en transhumance vers la démocratie, est le plus beau cadeau que notre génération (post indépendance) puisse recevoir, en guise de reconnaissance, de la part d’une Jeunesse intelligente, enthousiaste et Digne pour prendre la relève !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire