A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

mercredi 27 juin 2012

LE FANTÔME DE TAHA HUSSEIN DANS LES CIEUX, OBSERVE L’EGYPTE D'AUJOURD'HUI ET...SOUPIRE DE DÉPIT

(Ceci est une réflexion posthume -- de ma propre imagination! -- qui pourrait effleurer l'esprit critique de notre éminent et immortel Taha Hussein, du coin du ciel d'oú il observe sa chère patrie ...
Il scrute avec dépit, du haut du nuage où il se trouve, le triste spectacle qui se déroule sous ses pieds et fulmine en s'adressant à son peuple) :


Je suis indigné et amèrement déçu par tant :

    de misère!
    d’obscurantisme religieux !
    de révolutions avortées !...

  
En m’en allant à mon inéluctable destin, j’ai laissé derrière moi une Egypte :
·         Rayonnante par sa culture, ses hommes de lettres et ses universités prestigieuses…
·         Instruite et éveillée aux idées nouvelles venues de l’Occident, qui déjà faisaient florès…
·         Sereine et assumant avec dignité la relève après le départ des Anglais, et vivant en symbiose la diversité des cultes et des traditions qui la composent, sans préjugés…
·         Entamant calmement et résolument des réformes politiques qui devraient lui ouvrir la voie à la modernité et au leadership, dans un monde Arabe en pleine ébullition, doublement engagé dans des combats anticolonialistes qui se généralisent, et dans la nécessaire assimilation des « legs culturels » laissées par les anciennes puissances  coloniales…

Presque 100 ans après, que reste-t-il de cette image d’Epinal d’une Egypte en phase avec son temps et ouvrant la marche (pour d'autres pays de la région) vers la Modernité ?
La dérive des Présidents peu scrupuleux (des intérêts de la Nation), et l’accumulation des retards dans la réalisation des projets sociaux-économiques dignes des attentes des citoyens (abandonnés à leur sort) ont tué dans l’œuf, l’espoir et les ambitions des générations montantes…Quel gâchis!
·         Est-ce digne de l’impressionnant retentissement historique que nous ont légué nos très lointains aïeuls, les Pharaons ?
·         Est-ce digne de l’héritage plus proche (en Droit juridique et en Technologie) que nous ont légué les puissances étrangères franco-britannique qui ont introduit dans le pays un savoir-faire indéniable? 
·         Que sont devenus les emblèmes incomparables de notre patrimoine national représenté par :
     nos éminents Intellectuels, dans la diversité de leur art,
     nos légendaires Universités, dans la diversité de leurs disciplines,
     nos prestigieuses Publications de Presse qui ont traversé le temps?…

Est-ce utopique de penser que l’Egypte, grâce à son terreau très riche en ressources fécondes et diversifiées bien enracinées depuis la nuit des temps, peut parfaitement participer à la marche exaltante de ce siècle naissant ? Ne peut-elle pas, dans un Moyen-Orient tourmenté (et appuyée sur ses fondations séculaires) montrer la voie  à suivre en matière de progrès social et de développement économique, grâce à ses alliances extérieures et son génie propre ? Elle qui a tant donné au Monde au plan de la littérature, de la poésie et de l’art scriptural ? Est-il inscrit dans ses gènes que l’exercice du pouvoir par ses propres citoyens est incompatible avec le progrès, voire avec la démocratie ? Que le Pouvoir en Egypte ne peut être que militaire ?

Là s'arrêtent les justes réprimandes de notre "cher disparu", adressées à son Egypte natale , pour laisser place à mes propres jugements :

Et en effet, notre regard sur l'Egypte d'aujourd'hui est mêlé de ressentiment et de scepticisme...  
Mais des prémices de changements sont en train de se produire en ce moment même: regardons de près ce qu'y se passe : notre chère Egypte semble ouvrir une nouvelle page de son histoire…Est-elle seulement consciente des regards (sceptiques) du monde entier qui l’interpellent sur ses capacités à relever les défis qui l’attendent ? Est-elle prête à gagner tout ce temps perdu ?


·         Son nouveau Président  M.Morsi, est-il capable de fédérer les Egyptiens, toutes classes confondues, toutes cultures réunies, pour entamer l’hypothétique redressement social et économique tant attendu, sans avoir recours à la démagogie et à l’obscurantisme religieux ?
·         A-t-il le courage politique et l’adhésion populaire nécessaires pour affronter les réticences des courants islamistes radicaux et les pressions autoritaires de l’armée qui attend de lui la mise en œuvre (difficile mais nécessaire) de véritables réformes dans le redressement économique du pays? Va-t-il œuvrer pour répondre aux appels de la Place Tahrir qui revendique depuis le début de la révolution un régime démocratique qui respecte les droits de l’homme, et place l'amélioration socio-économique parmi les principales priorités du nouveau pouvoir?
·         Peut-il sauver « la Mère du Monde » d’une guerre civile annoncée, si les troublions salafistes (encouragées par les calculs « à la petite semaine » des démagogues militaires) s’avisaient de s’en mêler pour barrer le chemin à toute velléité de réforme juste et équitable engagée par son Gouvernement ?
·         A-t-il la volonté, dans l’intérêt supérieur de l’Etat, de renoncer aux  redondances sur l’Islam (religion à laquelle adhère plus de 90 % de la population!) pour s’occuper à plein temps des vrais dossiers qui génèrent la misère et la discorde parmi les populations déshéritées?

Toutes ces questions brûlantes qui taraudent l'esprit de tout honnête citoyen de ce "grand pays " qui nous est cher, méritent une réponse appropriée de la part du Président élu.

Et comme si notre "cher disparu" lisait dans mes pensées, il semble acquiescer et me répond :  
.
Je voudrais bien vous suivre dans votre raisonnement et laisser au nouveau Président M.Morsi, le temps d'élaborer une politique réaliste qui tienne compte des attentes exprimées par le peuple en révolte. 

Et je lui dis de bonne foi:" bonne chance! Et croyez-moi, je prierai pour vous jour et nuit, de là haut !... Si tant est que votre objectif sincère est de servir votre pays honnêtement... "
Mais si vous jouez avec le destin de notre Grande Nation, Dieu et son Prophète ne vous le pardonneront  jamais, et vous subirez les affres de l’Enfer! J'y veillerai de là haut !!
Et, perché au fond des cieux,  je surveillerai votre conduite et vos réalisations : et vous sermonnerai à l'occasion, car, pour ne rien vous cacher, je n'ai pas trop confiance en vous! Peut- être parviendrez-vous à démentir tous les préjugés dont vous faites l'objet dans l'opinion publique? Et neutraliser mon scepticisme...
Mais pour cela, il faut passez les intérêts de la Nation avant les vôtres propres... En attendant, je veux bien vous accorder le bénéfice d'un avis favorable (puisque la volonté populaire s'est exprimée). Jusqu'à preuve du contraire?!