A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

lundi 20 juin 2011

UNE PIÈCE NOMMÉE ILLUSION !

Le 3ème Acte de la Trilogie (qui est en train de se jouer au Maroc) tarde à se matérialiser à mon goût — par la voie d’un "manifeste" par exemple! —  alors que le dénouement de la « pièce » est sur le point d’aboutir…

Je veux parler évidemment de nos « intellectuels », aptes en d’autres temps à réagir avec véhémence sur des sujets (aussi divers que pertinents) de la société civile, mais qui restent muets aujourd'hui devant les lourds événements qui secouent le pays, et dont l'attitude énigmatique me laisse perplexe ...

Il faut dire que la « pièce » en question fut montée rondement! Et de quelle manière!

 Ø  D’abord, les jeunes initiateurs » du Mouvement du 20 Février, ont ouvert  la marche, en « jouant » leur «premier acte» avec beaucoup de panache et de civisme. La synthèse des motivations majeures de leur démarche était : la Dignité et la Justice sociale à réhabiliter, et le Despotisme du système Makhzénien à abolir !

C'est sain, juste et audible!

Ø  Par la fraîcheur du ton et la pertinence des demandes, ils ont réussi à « toucher » le Pouvoir qui s’est empressé de répondre (discours du 9 Mars) à son tour, avec de la pondération dans le ton mais la volonté « d’en finir au plus vite », et ce talent propre  aux illusionnistes (dont le pouvoir qui nous gouverne est passé maître) : donner l’impression qu’il a «une longueur d’avance» sur les revendications des « jeunes », à travers les réformes proposées dans le discours du 17 Juin.(On sentait bien la "main baladeuse" du clan makhzénien, dans ce 2ème acte). 

C'était Royal, Grandiloquent mais manquant de Panache quand-même!

Ce qui était censé nous satisfaire a finalement suscité en nous plutôt de la crispation, voire des interrogations suspicieuses…

o   Pourquoi le Roi n’a-t-il pas cédé à ses pulsions naturelles initiales (discours du 9 Mars) : un esprit démocrate, moderne et à l’écoute des citoyens ?  
o   Pourquoi faire semblant de « donner généreusement d’une main », pour plus loin, « reprendre lamentablement de l’autre » ?
o   Pourquoi ne pas voir avec sérénité l’Avenir qui se précipite à nos portes à grande vitesse : avec tous les changements de mentalité, de comportement, et les  courants novateurs qu’il véhicule !


Ø  EST-CE CE SYSTÈME MAKHZENIEN (QUE DÉNONCE AVEC VIRULENCE LA POPULATION DEPUIS DES SEMAINES) QUI CONTINUE D'INFLUER LES DÉCISIONS ROYALES ? EN L’EMPECHANT DE VOIR LA RÉALITÉ EN FACE ?

Ø  LUI QUI A TOUT LE POUVOIR EN MAINS, QU’ATTEND-T-IL POUR RÉVOQUER DÉFINITIVEMENT CE MAKHZEN ?

Ø  LE SOUVERAIN N’A-T-IL PAS ENCORE COMPRIS QUE C’EST LUI, OU LE MAKHZEN, MAIS PAS LES DEUX A LA FOIS ??

Ø  LA GARDE RAPPROCHÉE DU ROI VAUT-ELLE MIEUX QUE LE DÉVOUEMENT DU PEUPLE QUI ASPIRE A UNE ÉDUCATION, A UNE JUSTICE ET A UNE VIE DIGNE, EN SYMBIOSE AVEC UNE MONARCHIE COMPATISSANTE ET PROCHE DU PEUPLE? (AU LIEU DE LA CUPIDITÉ ET LE TRAFIC D’INFLUENCE PRATIQUÉS HONTEUSEMENT PAR CETTE MÊME GARDE RAPPROCHÉE, SUR LE DOS DU MONARQUE?).

C’est là qu’intervient un 3ème  Acte (désespérément muet) qu’aurait pu jouer l’Intelligentsia Marocaine…

Ø  C’est vrai que les Réformes proposées dans la Nouvelle Constitution (soumise à Référendum) induisent des avancés non négligeables dans le climat politique à venir. On peut même les qualifier d'historiques pour ce qui concerne les droits du citoyen: mais par rapport au néant auparavant!

Ø  Des voix se sont entendues un peu partout : chez les jeunes, les moins jeunes, dans les commerces, sur les terrasses de café, qui trouvent cependant à redire sur les réformes proposées dans le discours Royal. Mais qu'en pense la majorité silencieuse?...

Ø  D'ailleurs, son mutisme peut se comprendre : le discours était touffu, pas clair dans ses explications, débité d’une manière stressée et rapide, dans un langage sophistiqué et peu « audible » pour une majorité de citoyens.(Voici un Monarque qui peut tout se payer, mais qui n’a pas trouvé encore un « Expert en communication » moderne, capable de le conseiller utilement  à "communiquer" avec détente et maîtrise de soi !).

Ø  Mais le sentiment demeure qu’il y a tromperie « sur la marchandise »… quelque chose d’essentiel, de franc, de fédérateur manque dans cette Constitution « octroyée » (comme la précédente).

Ø  Alors qu’attendez-vous Abdellatif LAABI, Omar BALAFREJ, Youssef BELAL et consorts : vous êtes des centaines d’intellectuels dont le Maroc est fier de compter parmi ses illustres citoyens (Universitaires, écrivains, juristes, médecins, ingénieurs, élite silencieuse mais qui n’en pense pas moins…)

Ø  Ne laissez pas de jeunes « romantiques révolutionnaires » (après avoir « bien » lancé le débat, et ayant pris goût aux spectacles de rue) occulter les vraies revendications qui mettront définitivement  le Maroc sur la voie d’une démocratie authentique (avec des garde-fous qui la protégeraient des dérapages) sans fanatisme ni extrémisme, ni surtout angélisme!

Ø  Vous qui savez manier «la plume» et aiguiser les arguments, qu’attendez vous de prendre l’initiative (et parler aux noms de tous les Marocains) en adressant un « Manifeste » au Palais Royal, qui exprimera sereinement mais posément au Pouvoir, les manquements graves constatés dans le « projet proposé »,(en particulier la place réservée aux jeunes, grâce à qui ces réformes ont pu voir le jour!), et les contradictions inqualifiables qui traversent en filigrane la Nouvelle constitution de bout en bout (faisant des ouvertures par endroits, et des impasses par d'autres, notamment dans les articles relatifs à la répartition des pouvoirs).

  (Comme un avant-goût de cette « démocratie » de pacotille annoncée, aucune voix discordante n’était admise sur les studios de TV ou de radios de l’Etat pour exprimer librement des opinions contrastées avec la « béatitude » générale affichée par les vagues successives d’invités, tous acquis à la Volonté de Sa Majesté !)

Ø  Alors vous qui maîtrisez le Verbe, donnez aux Marocains une raison de croire en un Maroc meilleur, et grâce à vos talents de visionnaires, impliquez la Monarchie dans cette marche pour "l'émergence" d'un Maroc nouveau. Manifestez votre volonté à participer à ce mouvement d’éveil national !


Osez à votre tour (après tout c’est votre rôle): pensez au fameux « J’Accuse » qui a défrayé la chronique de l'époque (c'est vrai, la France n'est pas le Maroc!), et faites —  par des arguments imparables dont vous êtes les seuls à savoir produire quand il le faut, là où il le faut ! —  avancer le « schmilblick »… en obtenant du Monarque les changements nécessaires (que le peuple attendait depuis son indépendance) pour faire de cette Nouvelle Constitution une véritable panacée ! Utilisez les réseaux sociaux et demandez le ralliement (par  internet) des citoyens amoureux de leur Pays : vous en recevrez des milliers,voire des millions !

Le temps presse : agissez rapidement, il y va de la Dignité des Marocain… et de la pérennité de la Monarchie !

4 commentaires:

  1. L'elite marocaine est apolitique. On fait du business et on hausse les epaules. Ce qui est normal lorsqu'on a affaire a un peuple majoritairement analphabete, profondement religieux, et nourris a la propagande du Makhzen depuis son enfance. Les avis dissidents ne sont tolere que depuis tres peu. Cette apathie de l'elite fait que le champ publique est conquis par ceux qui sont encore-plus-islamiste-que-le-roi d'un cote, et les neo-communistes de l'autre.

    La monarchie joue un jeu dangereux en restreignant la liberte d'expression dans la nouvelle constitution (voir article 64). Ce n'est guere en sa faveur de mettre les mouvement republicains underground. Ils devraient pouvoir s'exprimer librement si la monarchie veux une veritable legimite populaire.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, je suis surpris par ta désillusion n'empêche, tes billets précédents me semblaient beaucoup trop optimistes...

    Je t'ai cité ici: http://ibnkafkasobiterdicta.wordpress.com/2011/06/23/projet-de-constitution-revisee-que-penser/

    RépondreSupprimer
  3. On se fout de la monarchie, de sa dignité ou de sa durabilité. C'est elle qui doit s'ajuster à l'histoire, aux revendications légitimes d'une partie du peuple peu importe son nombre, et pas le contraire..

    RépondreSupprimer