A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

dimanche 9 janvier 2011

LES APPELS DOULOUREUX DE SIDI BOUZID ET DE BAB EL OUED …


Algérie

Tunisie














Les convulsions qui agitent en ce moment les populations tunisiennes et algériennes devraient interpeller légitimement les dirigeants du monde arabe...

Au lieu de cela, ils sont tous affalés sur leur "socle" de pouvoir absolu, bâti sur des trésors volés impudemment...et parés de leur statut usurpé de "Présidents perpétuels et Indéboulonnables" jusqu’à ce que mort s’ensuive !...

C’EST SCANDALEUX !

Nous sommes entrés au 21ème siècle et le monde entier a changé de visage : l’URSS s’est effondré (remplacée par la Russie); les USA se sont repliés sur eux-mêmes, la "Chine Populaire" s’est réveillée et l’Inde lui emboîte le pas; l’Union Européenne "s’est consolidée" (imaginez un peu l’audace : 27 pays ont décidé tous ensemble de lier leur avenir en commun!), et l’Amérique latine se déploie à pas de course (UNASUR)... 

Et pendant ce temps-là, que font nos "valeureux" dirigeants arabes ??...

COMME DANS UNE CLASSE DE MATERNELLE : ILS S'AMUSENT A SE SURPASSER DANS DES JEUX DE RÔLES ! 

 
L’Arabie saoudite supplie les USA d’écraser l’Iran (pour l’empêcher de se doter d'une arme nucléaire).
L’Irak s’enfonce dans le chaos, (empêtré dans une guerre de religions sans fin). Mais supplie l'Amérique de rester dans le pays pour "maintenir" un semblant d'Etat.
L’Egypte soutient "candidement" (et avec un rare dévouement !) la politique meurtrière radicale d’Israël à l’égard du peuple palestinien dont Hamas paye la facture!
La Libye se donne en spectacle (sans gêne) au monde, grâce au talent constamment renouvelé de son CLOWN de dirigeant (qui suscite plus de révulsion que de rire…).
L’Algérie :Tiens, la pauvre ! La revoilà encore confrontée à la révolte d’une jeunesse en mal de vivre, livrée à la précarité et au désespoir... Les énormes montagnes de revenus en dollars, amassés grâce aux exportations du pétrole et de gaz depuis l'indépendance du pays, sont allés enfler les poches et les comptes bancaires — à l’étranger — de la junte militaire qui tient le pays sous ses bottes. L’œil goguenard d’un président moribond n'y peut rien changer...La Réconciliation Nationale ne se fera qu'au prix d'une redistribution équitable et généreuse du "pactole" amassé et mis sous séquestre par les caciques du pouvoir!

L’Algérie donc, dont le Président "Boutef " n’a de problèmes harassants à résoudre qu’avec le Maroc ! 

Quelle ingratitude de la part d’un natif du Maroc (Oujda) ayant grandi et fait ses premières classes à l’école marocaine ! Plus tard, devenu Ministre des Affaires Etrangères, on le voyait plus souvent à Rabat qu’au siège de son ministère à Alger ! Avec autant d’affinités avec la société marocaine, comment peut-il les effacer d’un coup de manchette ?

Ou dit autrement, lui qui n’a pas trempé dans les magouilles des premières années de pouvoir du FLN, comment a-t-il pu cumuler tant de rancœur, voire de haine, contre le pays qui l'a vu naître?!... (je ne veux pas revenir sur ce que j’ai déjà dit — sur un post précédant — concernant la sympathie et les supports de tous genres que le Maroc a témoignés et fournis au peuple frère algérien, n’en déplaise à leurs ingrats dirigeants successifs, exceptés Chadli Benjdid et Boudiouf).

Qu'avaient-ils donc tous à se détourner de leur responsabilité première (gouverner dignement leur pays et améliorer le sort de leurs citoyens) au lieu de s'acharner sur le Maroc?

Mais qui a dit que le pouvoir en Algérie est un exercice "simple"?

C'est cette même Algérie, "forte de ses acquis démocratiques (sic), de ses réalisations économiques, culturelles et sociales exemplaires (re-sic!)", qui s'érige péremptoirement le droit de donner des leçons à certains voisins, et mène une campagne ignoble et hargneuse contre un adversaire indomptable : le Maroc, et ameute la planète entière pour l'accuser de bafouer les droits de l'homme" et renier "le droit à l'autodétermination" au peuple sahraoui (que fait-elle du peuple Kabyle, tiens!), un peuple sahraoui "hébergé" gracieusement et dans un élan machiavélique de sollicitude, dans un territoire (Tindouf pour ne pas le citer) notoirement connu pour être un différend frontalier entre les deux pays "frères"... 

N'EST-CE- PAS PATHÉTIQUE VOIRE MACHIAVÉLIQUE A FORCE D’ ÊTRE OUTRANCIER ?! 

Soyons clair! Je le proclame haut et fort moi-même et avec moi une forte majorité de marocains: nous n'avons que sympathie, amitié, fraternité et même une sorte d'admiration sincère et profonde pour nos frères algériens, pour leur combat héroïque (si lointain aujourd'hui!) contre la colonisation française, et un chagrin inconsolable pour le gouffre des pertes humaines que cela a entraîné...Donc nos deux peuples n'ont aucun problème pour cohabiter ensemble dans cette région où nous souhaitons qu'il y règne une entente cordiale sans faille, la sérénité et une confiance réciproque, pour surmonter les différends qui peuvent survenir indépendemment de notre propre volonté...

HÉLAS, LE POUVOIR ALGÉRIEN NE L'ENTEND PAS DE CETTE OREILLE!...ALORS LAISSONS-LE S'ENFONCER DANS LA BEREZINA !!

Mais laTunisie dans tout cela ?

J’en suis affligé, parce que je suis admiratif devant les progrès réels et significatifs réalisés par ce pays dans le domaine socio-économique (par opposition à nos défaillances en la matière). Et les troubles qui l'agitent étaient prévisibles depuis longtemps, et pour cause : la mégalomanie doublée de cupidité et aggravée par un pouvoir absolu d'un dictateur aux allures d'un brave père de famille !!! Tiens: le manque de droit et le déni de justice, le mépris abyssal des citoyens et la mégalomanie, cela ne vous rappelle rien ?

Mais oui! Evidemment, c’est la caractéristique spécifique des dirigeants arabes de part le monde musulman !!! 

Et ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie guette dangereusement la plupart des régimes arabes…A regarder de plus près, à part la Syrie, la Jordanie et le Maroc, tous les dirigeants des pays arabes ont déjà "un pied dans la tombe" de part leur âge...
Si le mécontentement populaire s'en mêle, que restera t-il de tout ce "beau monde" autour de nous?  Le plus improbable est qu'une nouvelle génération d'acteurs politiques accède au pouvoir, nourrie d'une résolution sans faille à éradiquer la corruption, le déni des droits et les inégalités socio-économiques qui frappent injustement de larges couches des sociétés arabes!...Et pourquoi ce pessimisme péremptoire ?

Parce que le culte de la personnalité et l'amour aveugle du pouvoir est enraciné dans l'ADN des dirigeants arabes !!!

MAIS EST-CE UTOPIQUE D'ESPÉRER QUE LE MOUVEMENT DECLANCHE PAR LA TUNISIE (DANS SA VERSION FINALE, DÉBOUCHANT SUR LA DÉMOCRATIE) PUISSE "CONTAMINER" LE MONDE ARABE ?

Emeutes en Tunisie

Emeutes en Algérie











Hélas! Force est de constater que la Tunisie souffre : le régime despotique de Ben-Ali l'a mise à genoux! Et depuis déjà longtemps…Ce peuple frère semble crier "au secours !"…Lui qui a toujours su "se résigner sans rechigner" ! En travaillant sans relâche... 
Comment peut-on aider un pays ami, sinon de l’exhorter à prendre son destin en main, quoi qu’il lui en coûte, parce qu’il est seul à appréhender ses pôles d'intérêt les plus urgents, ceux-là mêmes pour lesquels il est sorti dans la rue pour les proclamer haut et fort !...

Voici un pays "ancré" dans l’Histoire (comme le nôtre), ayant subi des invasions diverses (comme chez nous) qui lui ont légué un héritage civilisationnel précieux, un pays qui a été gouverné par des dynasties prestigieuses (comme chez nous) qui ont marqué les mœurs du peuple tunisien, un pays qui a ouvert des chantiers de modernisation de la société au plan culturel, économique et social, pour en faire le pays le mieux classé du monde arabe (selon les instituts internationaux de notation), et voilà que : par sa cupidité, l’exercice du pouvoir absolu, sa mainmise sur les "affaires fleurissantes" du pays au profit de sa famille, la chape sécuritaire qu’il exerce sur une population excédée par tant d’injustice et de mépris, le Pouvoir absolu de Ben Ali a fini par provoquer "la goutte qui a fait déborder le vase !"


Tunis

Alger











J’ai honte pour ce qui arrive à tous ces éminents intellectuels tunisiens (astreints à la loi du silence pour échapper à la torture), à tous ces grands journalistes (pour moitié à peu prés encore en prison), à toutes ces ONG courageuses qui continuent à titiller le pouvoir, à tous ces vaillants avocats qui affrontent les foudres du pouvoir en ce moment même dans les rues de Tunis, bref j’ai honte pour tout ce qui arrive à tous nos frères tunisiens…J'ai honte aussi pour toute cette jeunesse algérienne, abandonnée à elle-même, sans ressources ni perspective d'avenir, qui supporte (la rage au cœur) l'injustice et le mépris du pouvoir, pourtant dépositaire de "montagnes" de pétrodollars!

SI J'AI HONTE, C'EST QUE JE ME SENS UNE PARTIE DE VOUS MÊMES, ET JE ME SENS AUSSI IMPUISSANT QUE VOUS!

Naturellement, vous ne méritez pas ça ! Ou plus exactement, vos gouvernants ne vous méritent pas ! 

Nous sommes tous avec vous, de tout cœur, pour que se réalise enfin chez vous une véritable démocratie qui ouvrira la voie à d’autres pays arabes (le nôtre y compris) où cette pratique est encore inconnue, afin qu’un jour, nos pays et leurs dirigeants enfin acquis à la démocratie et respectés de par le monde, tenus au rang qu’ils méritent dans le concert des nations, soient dignes de notre confiance, et partant, de nous représenter...dignement dans ce monde!


Et que ces appels, lancés de vos cités (défigurés par la misère) ne soient pas vains !




2 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec ce que tu écris, mais tu oublies le Maroc - on a eu Sidi Ifni en 2008 et Laayoune en 2010...

    RépondreSupprimer
  2. J'apprécie beaucoup que tu interviennes directement sur mon blog. Tes remarques sont justes: mais les contextes dans lesquels les événements que tu cites et surtout les mobiles sur lesquels ils s'appuient n'ont rien de comparables avec ceux de Tunisie et d'Algérie.A mon sens.

    RépondreSupprimer