A L'OMBRE DE TAHA HUSSEIN

UN CITOYEN QUI S'INTERESSE A LA MARCHE DU SIECLE

mercredi 1 décembre 2010

LAAYOUNE EST POUR LES MAROCAINS UN SANCTUAIRE SACRE ET INVIOLABLE



L’ALGERIE ET LE POLISARIO ONT EU TORT DE PROFANER NOTRE SANCTUAIRE 

(Telquel N° 448, La Main d’Alger, page 22)



Trois événements grandioses (par la participation massive des Marocains) ont marqué l’histoire récente du Maroc. A chaque fois, ces événements ont contribué à donner du Royaume l’image d’un pays uni, courageux et pacifique, prêt devant les épreuves qu’il traverse, à défendre son Honneur et sa Dignité, sans se soucier outre-mesure des arrières pensées sournoises ou haineuses de ses adversaires.

Ces événements mémorables représentent pour moi une charge émotionnelle toute particulière dans le foisonnement de souvenirs qui émaillent ma mémoire, dès que j'évoque les périodes euphoriques d'après indépendance...

I-CE FUT D’ABORD LE RETOUR DE L’EXILE DE SA MAJESTE MOHAMMED V ET DE SA FAMILLE EN 1956.





La foule qui l’a accueilli à sa descente d’avion (et les vagues humaines qui ont manifesté leur joie pendant 3 jours sans interruption, dans toutes les villes du Maroc — et dont je faisais partie —) voulaient exprimer au monde, par leur liesse fervente, leur fierté de recouvrer enfin leur Honneur et leur Dignité, après l’indigne "usurpation de pouvoir" dont s’est rendu coupable le Protectorat Français au Maroc, en détrônant honteusement et sans ménagement un Sultan ( héritier d’une longue dynastie) devenu un "peu trop" rebelle…pour les "calculs sournois" du Protectorat…

II-C’EST ENSUITE LA "MARCHE VERTE" ORGANISEE PAR LE ROI (DEFUNT) HASSAN II (un stratège de politique extérieure hors du commun!).




Cette initiative hardie du Souverain était sensée libérer pacifiquement nos provinces du Sud, demeurées sous tutelle de la puissance coloniale espagnole, après l’indépendance du Maroc.


A ce propos, il me vient en souvenir des images attendrissantes…

J’étais en fonction à Oslo (Norvège) et la télévision nationale transmettait en continu des "images tout à fait grandioses" sur les défilés impressionnants des masses humaines participant à la " Marche Verte", en mouvement vers le Sahara. Ce fut tellement saisissant (par l’ampleur de la manifestation retransmise par la TV) que mon fils, âgé de 7 ans (un peu impressionné par les images diffusées) a spontanément rebondi sur l'événement et reproduit, dans un dessin enfantin mais très parlant (avec représentation de la foule bigarrée et des pancartes portant des slogans appropriés : " Vive le Sahara Marocain" etc…



  (Qelques vues d'Oslo)

" Quel prodige!" me dis-je en moi-même: en l’embrassant très fort. Recevant le dessin des mains de mon fils (qui était très fier de ses talents d'artiste en herbe) je fus en même temps ému et soulagé : voilà que grâce à mon fils j’ai apporté ma contribution (même lointaine et symbolique) à cette fabuleuse " Marche Verte" que les télévisions du monde entier ont couvert par des reportages où transparaissaient plutôt un sentiment de sympathie! (non sans une certaine dose de réserve).

L’organisation de cette "Marche" inédite dans l’histoire de la décolonisation, l’habilité du Souverain à mettre à contribution la Cour Internationale de Justice de la Haye  comme témoin neutre — pour démontrer la légalité de sa démarche, et surtout l’extraordinaire participation populaire, avec son enthousiasme débordant et sa volonté — toute pacifique — de fouler le sol sahraoui, un drapeau dans une main et le Coran dans l’autre ! Tout cela dans une conviction sans faille, une liesse "bon enfant" et une discipline martiale ! Ce qui n’a pas manqué d’impressionner le monde. Et particulièrement l’Espagne franquiste, rancunière à l’égard du Maroc (pour tous les déboires coloniaux  qu’elle n’a pas su digérer, comme la guerre du Rif par exemple, pour ne citer que le plus humiliant pour elle!).

III-ENFIN LA DERNIERE MANIFESTATION EN DATE, DE CE 28 NOVEMBRE 2010 A CASABLANCA.



Trois millions de Marocains (venus de toutes les villes du Maroc) sont sortis exprimer leur indignation et leur amertume à l’égard de nos voisins du nord et de l’est (Espagne et Algérie) qui, pour une fois et simultanément, se sont ligués ensemble pour nous porter des "coups traîtres" d’une rare violence.




Le plus frappant dans cette manifestation, c’est le sentiment fortement ressenti parmi les participants, qu’une nouvelle génération de Marocains (n’ayant pas connu la "Marche Verte") s’est jointe spontanément et avec beaucoup d'enthousiasme à celle qui a participé (ou assisté) à ce lointain haut- fait  de notre histoire, comme pour "compenser une absence" qui l’interpellait quelque part, afin de combler un patriotisme à fleur de peau…
 
Cette jeunesse exubérante mêlée à ses aînés (que sont pour la plupart les parents participant à cette liesse) avait quelque chose de très émouvant !

Malheureusement, cet enthousiasme est entaché par les mauvais sentiments (et arrières pensées) témoignés à notre encontre par nos "amis d’hier", devenus nos ennemis aujourd’hui !
(Le Temps N° 72, page 16)


(Puce N° 4, Politique/page 22)

En couvrant les récents événements qui se sont déroulés à Laâyoune les médias et partis politiques espagnols ont versé traîtreusement  dans le  mensonge et la falsification des faits.
(Photos Telquel N° 447, page 24)



Des " hordes sauvages" et meurtrières (armées de machettes, et circulant en 4x4) qui sont venues semer l’horreur et la mort, parmi une population prise (par surprise) en otage, et qui, rencontrant les forces de l’ordre (désarmés) sur leur chemin, n’ont pas hésité à sabrer dans la chair des innocents ! (en laissant 9 cadavres d’agents de sécurité sur le terrain !).
Nos "amis  espagnols" (médias et leaders de partis politiques) semblaient vouloir dire que ces " hordes" venues mettre (intentionnellement) à plat le gain de crédibilité que la position marocaine commençait à "récolter" dans la communauté internationale (face l’intransigeance du Polisario), que ces hordes donc n’étaient autres que de "pauvres Sahraouis" révoltés par leurs conditions de vie (de colonisés!) et avaient  voulu  démontrer par-là leur "ras-le-bol !" à la communauté internationale… (On peut dire qu’ils ont réussi, les fourbes!) 

Et dire que le Maroc leur a ouvert les bras sans retenue! (l’Espagne ne l'oublions pas est le 2ème investisseur au royaume, après la France) .

(Le Temps N° 72, Tempo, page 16)
Interview Mohamed Tajeddine Husseini 


"Comment voyez-vous l’attitude des médias espagnols vis-à-vis des événements de Laâyoune ?
L’attitude des médias espagnols ne me surprend pas. A chaque fois, qu’il s’agisse d’une cause nationale ou d’un dossier qui tient le Maroc, certains médias espagnols, poussés par une droite politique des plus extrémistes, déforment les faits et essaient de les utiliser à l’encontre de notre pays. Cette attitude est liée à l’histoire et à la société espagnoles, en ce sens que le voisin ibérique n’arrive toujours pas à oublier son passé colonial au sud du royaume et n’accepte pas que le Maroc demande à récupérer les deux enclaves occupées Sebta et Melilla. […] Il faut savoir que le Polisario et l’Algérie usent de tous les moyens pour mettre à mal notre pays et saper toute possibilité de résoudre le conflit autour du Sahara marocain."

 Qu’importe si, simultanément à cette gigantesque manifestation à Casablanca, se déroulaient à Madrid, Paris et Washington, d’autres manifestations de résidents marocains (pour dénoncer le mensonge et la trahison de nos " amis"): le mal est fait, et très mal ressenti par le peuple Marocain. Qui voit très bien la main "traitresse"de l’Algérie derrière ces manigances de gens aveuglés par la haine et la rancune mal dissimulées.

(Actuel N° 71, Politique, page 38)


"Six algériens, dont deux officiers des services secrets et plusieurs membres actifs du Polisario ont été arrêtés parmi les émeutiers de Laâyoune. Selon les sources chargées de l’enquête, d’importantes sommes d’argent en devises ont été saisies  sur ces personnes. En tout, une centaine de suspects dont certains ont été déférés devant la justice militaire seule compétente, alors que les autres ont été présentés au juge d’instruction pour enquête sur les crimes qui ont fait 11 morts et 159 blessés, essentiellement parmi les forces de l’ordre. Ils sont poursuivis « pour constitution d’une bande criminelle, participation à séquestration, enlèvement et torture, avec utilisation de véhicules à moteur, participation à l’incendie d’un véhicule transportant des personnes» "


En quoi ces événements —  malgré leur coté  "initiés"    peuvent- ils nous interpeller ? Nous émouvoir ? :

Ils ont valeur d’exemples (de leçons ?) aux générations montantes : le Maroc sait se tenir debout, solidaire et digne quand les nécessités (les devoirs?) l’exigent.

Mais encore ?

Le patriotisme débordant (à chaque fois que le pays est "visé" par des événements extérieurs) et la loyauté des citoyens à l'égard de la patrie n'ont comme "exutoire" qu'une manifestation populaire clamant haut et fort son dévouement à la nation, voire son sacrifice si nécessaire, quand la patrie est menacée...Et tend à démontrer quelques évidences :

A – Le Maroc est peut-être un beau pays... Comme tant d’autres ! Ni plus ni moins !

B – Il a une longue histoire, qui lui fait honneur. Et tant pis pour les envieux!

C – Sa population est encore jeune et douée (puisque un quart de celle-ci est installé aux quatre points cardinaux de la planète!) malgré des contingences socio-économiques contraignantes.

D – Ses élites politiques, malgré leur longévité et parfois leur archaïsme (voulue!) font marcher le pays quand-même , à petit pas certes, mais il avance…             

Oui, mais...             

Question: au fait, qui a permis à l'Algérie de s'arroger le rôle de "donneur de leçons" (en matière de Droit) et de "Porte- Parole" de la Charte des Nations Unies (concernant le principe de l'Autodétermination des peuples)?

Réponse: C'est une démarche unilatérale bien entendu (donc arbitraire) doublée d'un "coup de poignard" dans le dos de tous les Marocains que nous sommes!

Question: Et que fut la réaction du Maroc face à cette ignoble ingratitude de nos prétendus "frères"?

Réponse: Mû par l'indiscutable légitimité de ses droits et la confiance en soi pour l'assumer, il s'est laissé envahir par une certaine passivité (qui l'a empêché de voir loin et de préparer une stratégie minutieusement élaborée dans le traitement du dossier).Ce faisant, il a lésiné à trouver des négociateurs chevronnés et des juristes talentueux capables de répliquer, point par point, à l'insolente "pertinence" de l'argumentaire algérien (qui réussissent à tous les coups à convaincre leurs interlocuteurs étrangers, lesquels oublient de les questionner : Que faites-vous dans cette galère?...

Question: Mais alors, faut-il se croiser les bras?

Réponse: Nous cherchons désespérément une diplomatie avisée et crédible...capable de battre par K.O notre inqualifiable adversaire (soudainement amnésique pour ce qui concerne notre soutien à sa lutte pour son indépendance)! 

C'est bien beau tout ça, mais ça ne résout pas le problème!...

Hélas! Je ne peux qu' attester, le cœur bien lourd, notre humiliante impuissance à répondre à l'ignominie de nos voisins par "un coup d'éclat" qui leur "clouera le museau" une fois pour toutes!
 il y a 7 heures
Aussi, qu'il me soit permis maintenant de "placer" librement quelques réflexions, comme ça me vient :  

1 – Le dossier du Sahara marocain demeure une plaie ouverte pour les citoyens que nous sommes, et aussi un sujet énigmatique par la manière dont il est " traité" par nos responsables.

2 – Alors que la population marocaine s’est "donnée" corps et âme dans la défense de ce qu'elle considère comme un appel sacré de la patrie (350.000 citoyens y ont pris part), le pouvoir l’a gardée éloignée  de ce dossier — à travers le musellement des médias —  et ne le faisait  "intervenir" que "sur ordre", quand les crises surgissaient dans les négociations qui se déroulaient au-dessus de sa tête !

3 -  Ce qui était "une affaire nationale" (à la résolution de laquelle ne devraient être mêlée que les parties réellement concernées: la Mauritanie et le Polisario) est devenue par manque de vision et de pragmatisme de la part de nos négociateurs  une "affaire d’Etats":  Algérie, Union Africaine, Nations-Unis, Afrique du Sud etc …etc...

4 -  Depuis le départ, la présence de l’Algérie autour de la table des négociations avec le Polisario, paraît non seulement incongrue mais proprement démentielle pour tous les marocains (sauf pour ceux chargés de défendre ce dossier!)

5 - Nos principaux ennemis dans cette affaire, souffrent tout autant de problèmes de minorités ethniques qui ne demandent que la reconnaissance étrangère…Qui nous interdit d’utiliser cette "carte" pour la retourner contre nos adversaires ? (Pays-Basques, Catalogne, pour l’Espagne ; Kabylie pour l’Algérie).

6 - Nos ennemis sont décidés à nous harasser par des luttes éprouvantes (avec  prolongations) pour nous affaiblir (pour l’Espagne il y a des dossiers brûlants sur la table, ceux de Ceuta et Melilla; pour l’Algérie il y a celui de Tindouf). Ils "jouent" un jeu machiavélique avec nos nerfs...sciemment, pour nous faire mal! 

7 -  A nous de ne plus en subir les conséquences, ni entretenir le flou (par notre improvisation!) :jouons cartes sur table et prouvons notre détermination à en finir avec leur ignominie. Utilisons les moyens qui sont à notre disposition :

 *Demandons (avec la plus extrême énergie) le retrait de l’Algérie de la table des négociations, puisqu’elle se considère elle-même comme partie non-concernée. Et exigeons des Nations-Unis que l’entité Polisario quitte Tindouf (territoire contesté) pour s’installer ailleurs, et exigeons aussi de l’Algérie (partie non-concernée) d'observer la plus stricte neutralité, concernant ce dossier. Toute intervention de leur diplomatie dans cette affaire doit être considérée par les N.U comme une ingérence dans un dossier qui relève exclusivement du Conseil de Sécurité et des parties concernées (Maroc, Mauritanie et Polisario).
           
*Puisque nous sommes membre à part entière des N.U. comme le sont nos ennemis, et puisqu’ils "exigent " beaucoup de nous... qui nous empêche "d’exiger" d’eux de la même manière !(Œil pour œil et dent pour dent!).

*Demandons officiellement une enquête en bonne et due forme de la part des N.U sur les conditions de vie de nos compatriotes séquestrés à Tindouf, et exigeons l’intervention de cette institution dans la sauvegarde des droits de nos réfugiés, et leur liberté "inaliénable" de retourner dans leur pays d'origine (non déplaise à l'oligarchie militaire qui dirige de main de fer le pays "ami", et qui tient en otages dans des camps de fortune des milliers de sahraouis, comme monnaie de change contre le Maroc).

*Le litige sur Tindouf étant toujours ouvert pour nous, préparons nos dossiers et demandons aux N.U d’intervenir, et impliquons la France par la même occasion pour la mettre devant sa responsabilité, en sa qualité d’ex puissance "protectrice", ayant procédé elle-même aux manipulations des frontières, en nous habilitant ainsi à créer une tension permanente sur nos ennemis (l'oligarchie algérienne) comme ils ne cessent de le faire sur nous.            

*Puisque le "dossier" est entre les mains du Conseil de Sécurité (seul habilité à en découdre), exigeons des Espagnols leur neutralité absolue à l'égard du litige sur le Sahara (condition essentielle pour tous pour une issue aisée de la crise) s'ils tiennent encore aux relations cordiales et sereines avec le Maroc, et à l'attitude bienveillante des autorités marocaines qui leur ouvrent très grands les espaces de "délocalisations sans risque" engagées sur notre sol (avec frénésie depuis les deux dernières années).

*S'ils refusent cet appel à la raison, soutenons officiellement l'indépendance des Iles-Canaries, et de Catalogne, et ouvrons une Représentation Officielle de leur Mouvement à Rabat, ainsi qu'à l' ETA espagnol. Procédons de la même manière pour le Mouvement d'Autonomie de Kabylie ( en Algérie) en même temps! 


Ce sont là quelques idées (toutes personnelles certes et qui n’engagent que moi) sur un dossier qui commence à exacerber la patience et la bonne volonté des Marocains dans leur ensemble, même les moins "portés" sur la politique . 

Pour la bonne raison que LAAYOUNE est devenue notre refuge sentimental (au bout de tant d’années de lutte) en même temps que le symbole de notre "unité nationale" retrouvée.

Pour une fois, restons "droits dans nos bottes" et rappelons-nous l'adage: "les chiens aboient et la caravane passe"!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire